Stade Demba Diop : la 1ère phase livrée dans 12 mois pour près de 3 milliards

jeudi 23 mars 2023 • 1473 lectures • 0 commentaires

Foot local 1 an Taille

Stade Demba Diop : la 1ère  phase livrée dans 12 mois pour près de 3 milliards

La Fédération sénégalaise de football (FSF) a procédé, ce jeudi, au lancement de la première phase des travaux de réhabilitation du stade Demba Diop, fermé depuis le 15 juillet 2017, à la suite du match Stade de Mbour - Union Sportive de Ouakam, comptant pour la finale de Coupe de la Ligue. La cérémonie s’est déroulée en présence de la Secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura, du Secrétaire général du ministère des Sports, Paul Dionne, et de Me Augustin Senghor.

Invité du club de la presse le 6 juin 2020, initié par l’Association nationale la presse sportive (ANPS), Me Augustin Senghor avait annoncé ce que devrait ressembler le mythique stade Demba Diop, situé au cœur de Dakar, et plus accessible que la majeure partie des infrastructures sportives de la capitale. «Notre orientation c’est une réhabilitation et une modernisation. Demba Diop est un patrimoine du monde sportif et nous devons garder l’âme du stade. Il suffira juste de faire les commodités d’accès, de sortie, de fluidité, d’organisation, de confort, les panneaux d’affichage moderne, les sièges assis de 15 à 18 000 places, si c’est possible nous irons jusqu’à 20 000 places. Il y aura toutes les fonctionnalités et nous travaillerons à régler les problèmes liés à l’environnement du stade. Nous ne pouvons pas avoir un stade moderne avec tout ce qui se passe autour. L’État nous aidera à trouver les solutions pour déplacer toutes ces activités qui n’ont rien à faire, en principe, dans un stade. Même si nous devons avoir d’autres activités, elles devraient être adaptées au football ou au sport. Ce serait modernisé pour en faire des lieux où les gens viendraient pour la restauration ou des boutiques de vente de maillots», disait-il. 


14 500 à 20 000 places…
Ce jeudi, les propos du président de la Fédération ont été confirmés par le maître d’ouvrage, Joseph Sambou, au cours d’un exposé sur cette 1ère phase des travaux du stade. «Le stade a été construit en 1963 et il a coûté à l’époque 650 millions. Nous avons décidé en 2021 de faire en deux phases le projet. La Fédération a des impératives de compétition. C’est ce qui explique ces deux phases. La première comprendra les vestiaires, la tribune couverte, les tribunes annexes, le gazon synthétique, la toiture va être entièrement refaite et la couverture sera en polyester, bref toutes les commodités pour que les compétitions puissent se dérouler. Le stade va passer de 14 500 places à 20 000. La piste d’athlétisme sera supprimée car on aura une configuration anglaise. La nouvelle conception permet d’avoir 3 niveaux et les spectateurs ne vont plus passer par les gradins pour sortir». 


«On a quitté d’un niveau très bas pour en arriver là…» 
Prenant la parole, Me Augustin Senghor a mis l’accent sur l’importance du stade Demba Diop dans le dispositif infrastructurel du pays. «Le stade Demba Diop représente beaucoup de choses pour le football sénégalais et le sport d’une manière générale. On ne peut pas venir ici sans se souvenir des bons moments, mais aussi d’une période difficile avec la disparition de 8 personnes et des blessés. Demba Diop est un patrimoine et on ne pouvait pas le laisser mourir. C’est l’occasion de remercier le président de la République qui a bien voulu mettre l’infrastructure à notre disposition. Le coût global des travaux est de près de 6 milliards mais la première phase coûtera 2 milliards 500 millions. La première phase des travaux va durer 12 mois.  Les clubs féminins auront le privilège à Demba Diop. Cela évitera aux jeunes filles de jouer à 8h ou des heures parfois difficiles. En plus, Demba Diop pourra accueillir les matchs des sélections nationales car l’organisation au stade Abdoulaye Wade est coûteuse. On a dépensé 22 millions pour l’organisation match Sénégal-Mali», a-t-il laissé entendre, avant de renchérir : «La Fédération a mis 860 millions au stade Lat Dior pour que les Lions puissent recevoir à domicile. On a mis une pelouse synthétique et réfectionné Maniang Soumaré, une première dans le département de Thiès depuis 60 ans. On a investi dans le football et on récolte les fruits. Parler de «Manko Wutti Khaliss», ce n’est pas mon problème. Je n’aime pas parler de ces choses car on a quitté d’un niveau très bas pour en arriver là, aujourd’hui. Aujourd’hui, le football gagne, on se dote d’infrastructures et on compte hisser encore au sommet le niveau de nos différentes sélections. L’argent est réinvesti dans le football et les clubs sont soutenus, mais on ne fera pas de la distribution».


L’État toujours prêt à accompagner 
Pour sa part, la Secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura, s’est réjouie du lancement des travaux. «Ce projet est né lors de la tournée en janvier 2019 du président Gianni Infantino en Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, je me réjouis que les travaux sont lancés et qu’on pourra se retrouver dans quelques mois pour l’inauguration. Ce stade permettra aux jeunes filles de vivre pleinement leur passion du football. On va continuer à pousser et à créer d’autres infrastructures dans le reste du pays». 
Secrétaire général du ministre des Sports, Paul Dionne a réaffirmé la volonté de l’État d’accompagner les fédérations sportives dans leur programme de développement. Il a tenu à remercier la FIFA qui a permis la réhabilitation du stade Demba Diop. 
À noter que les Ligues et les Fédérations sportives présentes à Demba Diop ont été sommées de quitter les lieux. Elles cherchent désormais des locaux. 
Mor Bassine NIANG

Cet article a été ouvert 1473 fois.

Publié par

Mor Bassine Niang

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Hubert Mbengue

Directeur de publication

Service commercial