Cheikh Guèye, coach du Jaraaf : «Pour la CAN, le calendrier n'a pas plaidé en faveur des locaux»

mercredi 29 décembre 2021 • 688 lectures • 0 commentaires

Foot local 2 semaines Taille

Cheikh Guèye, coach du Jaraaf : «Pour la CAN, le calendrier n\'a pas plaidé en faveur des locaux»

Cheikh Guèye fait partie de la vague des jeunes techniciens qui sont en train de s’affirmer sur les bancs sénégalais. L’entraîneur du Jaraaf est bien évidemment un fin observateur de l’actualité du ballon rond national et particulièrement celle des Lions. Il a accepté de se prononcer sans langue de bois sur cette équipe nationale qui s’apprête à prendre part à la CAN 2021.

Dans le groupe des 27 Lions, 16 vont découvrir la CAN, contre 11 qui l'ont déjà disputée. Est-ce que cela peut être un handicap ?


Un handicap ? Non, je ne pense pas. Pour deux simples raisons. Bien que ce soit leur première Coupe d'Afrique ces joueurs là ont participé aux phases éliminatoires de à l'exception d’un ou de deux d’entre eux. Et tous ont déjà été en sélection même si certains, une infime minorité, n’ont pas joué. L’autre raison, c’est que ces 16 joueurs seront accompagnés par 11 de leurs coéquipiers qui ont l’expérience de cette compétition.


En tant qu'entraîneur d’un club local, le Jaraaf, quel regard portez-vous sur le fait qu'il n'y ait aucun joueur du cru sur la liste ?


Moi, les cas Ismaila Sarr et Bamba Dieng font que je ne m’attarde plus sur cette notion de joueurs locaux ou expatriés. Ismaila Sarr a étrenné sa première sélection juste après avoir pris l'avion ; c’est presque pareil pour Bamba. Certes, le Sénégal est l'une des rares sélections, surtout d’Afrique de l'Ouest, à ne pas avoir de joueurs locaux en sélection. Et parfois la raison est simple : les meilleurs s'exilent toutes les années. En outre, le calendrier, cette année, n'a pas trop plaidé en faveur de nos joueurs locaux. On n’en est qu’à la 5ème journée du championnat. Mais, il faut oser le dire, aujourd’hui, notre tradition de bons gardiens voudrait, au moins, qu'un gardien local compétitif soit dans ce groupe... Pourquoi Aliou (Cissé) n'a pas choisi Moutarou Baldé comme doublure de Bouna Sarr ? Il doit avoir des raisons objectives mais Moutarou avait montré de très bonnes dispositions. Cela dit, il faut respecter les choix du sélectionneur et l'accompagner. J’ajouterai que c'est à nous, coachs, de travailler davantage pour que, lors des prochaines échéances, donner plus de matière «locale» au  coach national.


Bien que relevant de blessures, Kalidou Koulibaly et Ismaila Sarr sont sur la liste. Qu'est-ce qui peut l'expliquer ?


Dans une liste élargie de 27 joueurs où presque tous les postes sont doublés voire triplés et dans une compétition de plusieurs semaines, on peut bien compter sur des joueurs qui sortent de blessures. Surtout qu’il s’agit de deux cadres importants comme Kalidou Koulibaly et Ismaila Sarr. Kalidou, outre son statut de cadre, il est capitaine de l’équipe et sa présence dans le groupe est très importante. Pour Ismaila, avec l'absence pour blessure de Krépin Diatta, l'équipe ne dispose pas de beaucoup de vrais hommes de couloirs. N'oublions pas que, sur les dernières rencontres, Aliou (Cissé) a utilisé Sadio (Mané) comme organisateur. Donc, vous comprenez pourquoi, aujourd'hui, il insiste sur Ismaïla. En plus, il connait mieux que vous et moi la nature des blessures de Koulibaly et Sarr. S'il les a convoqués c'est bien pour des raisons objectives.


Sadio Mané, Cheikhou Kouyaté et Gana Gueye  en seront à leur 4ème CAN. Quel devra être leur rôle ?


Ce sont les cadres de la sélection. Ils sont aussi des cadres dans leurs clubs respectifs. C'est à eux de conduire le groupe, d’imposer leur expérience, accompagner les autres comme de vrais leaders afin de gagner la CAN. Il fut des temps où la compétitivité d’équipes comme le Cameroun ou le Nigeria en Coupe d'Afrique reposait sur le fait qu’ils disposaient de joueurs très expérimentés. Aujourd’hui que le Sénégal dispose de joueurs qui feront leur 4ème CAN, cela devrait se traduire sur le terrain comme dans le vestiaire par la contamination d’une intelligence tactique à tout le groupe.


Pensez-vous, comme Aliou Cissé, que ce groupe de Lions est plus fort que ceux des CAN 2017 et 2019 ?


L'entraîneur qui va dans une compétition et qui a sélectionné les meilleurs pensera que ce groupe est meilleur que les précédents. Aliou (Cissé) a peut-être ses raisons. Et c’est très normal qu’il cherche également à booster son groupe. À mon avis, le fait que l’on ait un gaucher de métier dans l'axe et un latéral gauche de métier côté gauche peut-être un plus par rapport aux groupes de 2017 et 2019. Mais, un milieu où il y avait Pape Alioune Ndiaye, Gana (Guèye) et Alfred Ndiaye, c'était l'équilibre par excellence, etc. (rires). Mais, je pense qu’Aliou (Cissé) est assez aguerri pour rendre ce groupe plus performant que les précédents. C'est tout le mal qu'on lui souhaite.


Y a-t-il des joueurs que, personnellement, vous auriez aimé voir dans cette liste de 27 Lions pour la CAN ?


La liste est déjà publiée. Et, en tant qu'entraîneur local qui est appelé demain à diriger une sélection nationale, mon rôle et mon devoir, après la publication de cette liste, est de la respecter, de la soutenir pour une victoire finale. Comme j'ai l’habitude de le dire, il est impossible de sélectionner tous les joueurs en forme du moment. Un entraîneur fait des choix en fonction de son idée de jeu, de ses pensées tactiques sans oublier l'aspect  socio-affectif. Un entraîneur ne voudra jamais, dans une telle compétition, d’un joueur avec des humeurs qui peuvent saper la cohésion du groupe.


L'étape de Kigali de la préparation des Lions, et donc le match amical contre le Rwanda, vient d'être annulée. Ce changement peut-il avoir un impact ?


Quand on parle de flexibilité d'une planification, c'est pour de tels cas de figures. Je ne pense pas qu'il y aura un impact. Nos dirigeants ont déjà pensé à une solution. Ce changement n'est pas voulu, c'est arriver. Là, il faut vite s'adapter, regrouper les sélectionnés à Dakar, faire découvrir, pourquoi pas, la sélection au public sénégalais par un match amical avec une sélection locale.


Réalisé par Hubert MBENGUE

Cet article a été ouvert 688 fois.

Publié par

Hubert Mbengue

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Hubert Mbengue

Directeur de publication

Service commercial