Décès de Moussa Dioum : les acteurs décrivent un homme généreux

jeudi 28 avril 2022 • 492 lectures • 0 commentaires

Arènes 3 semaines Taille

Décès de Moussa Dioum : les acteurs décrivent un homme généreux

Originaire de Réfane, mais natif de Dakar le 24 août 1982, Moussa Dioum s’est éteint avant-hier, lundi, des suites d’une maladie. Âgé de 40 ans, l’ancien sociétaire de Parcelles Mbollo repose depuis hier au cimetière de Touba.

Durant sa carrière, Moussa Dioum a affronté des grands noms de l’arène tels que Sa Thiès, Khadim Ndiaye 1, Rock Mbalakh entre autres. Mais depuis sa défaite contre Amanekh en avril 2014, il n’a plus lutté. Après son décès, RECORD a recueilli les témoignages de Tapha Tine, Iba Kane et Gare Ndiaye. Ils décrivent tous une personne avec un grand cœur. 


Tapha Tine, leader de l’écurie Baol Mbollo


«Il était un homme au grand cœur»


«Je suis actuellement sur les lieux du lever du corps. La vie est ainsi faite. Que tout le monde prie pour le repos de son âme. Qu’il aille au paradis. Moussa Dioum était un parent très proche. C’était un homme au grand cœur. À chaque fois que nous avions besoin de lui, il n’hésitait pas à venir nous épauler. Lors de mes combats, il a toujours répondu présent pour me pousser vers la victoire. Il le faisait avec beaucoup d’amour. C’était un grand homme. Nous ne pouvons que prier pour lui. Que Dieu l’accueille dans son paradis.»


Iba Kane, journaliste


«Baol perd un grand ambassadeur»


«Moussa Dioum était un lutteur respectueux, discipliné. Il ne méprisait aucun lutteur, petit soit-il. Il assistait tous les lutteurs de Baol qui perd un grand ambassadeur. C’est au début des années 2000 qu’il est arrivé dans l’arène. Il était à l’écurie Rock Énergie avant de rejoindre Parcelles Mbollo en compagnie des Khadim Gadiaga, Talla Gaindé. Modou Lô, Baboye étaient ses amis. C’était un lutteur imposant. Il a battu Doun Khaf, Tapha Boy Bambara, Issa Ba, Mamadou Diouf, Khadim Ndiaye 1, Rock Mbalakh, Tonnerre. Il a totalisé 8 victoires, 1 nul contre Ouza Sow et quelques défaites. L’histoire reteindra qu’il est le premier tombeur de Tonnerre dans l’arène, à Kaolack. Tonnerre était irrésistible à l’époque. Sa dernière défaite, c’était le 4 avril 2014, face à Amanekh. C’était mon ami. Je prie pour que Dieu l’accueille dans son paradis.»


Gare Ndiaye, neveu de Moussa Dioum


«Il se plaignait d’un mal au niveau de son pied»


«Moussa Dioum était mon oncle. On a démarré nos carrières ensemble. C’est lui qui m’a pris à Médina pour m’amener ici à Parcelles, auprès de lui, depuis 2002. On faisait tout ensemble. C’était une personne qui savait faire fi des mauvaises paroles. Il a entendu toutes sortes d’attaques. Mais il savait les gérer. Il aimait sa famille. Sa maladie m’a surpris puisque j’étais avec lui, dimanche passé. C’est lui qui a scellé mon mariage. Il se plaignait de son pied qui lui faisait mal. Je le poussais à parler, mais c’est une personne qui ne laisse pas paraître son mal. Ce n’était pas une maladie très grave.»


Assane W. GUEYE

Cet article a été ouvert 492 fois.

Publié par

Hubert Mbengue

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Hubert Mbengue

Directeur de publication

Service commercial