Formation : 43 arbitres diplômés en stérilisation, en ambulanciers et brancardiers

samedi 4 novembre 2023 • 1067 lectures • 0 commentaires

Foot local 7 mois Taille

Formation : 43 arbitres diplômés en stérilisation, en ambulanciers et brancardiers

L’Association nationale des arbitres de football du Sénégal (ANAFS) a une session de formation diplômante de conduite de spécialités en santé. 43 récipiendaires ont été formés dans les modules suivants : permis de conduire, stérilisation, ambulanciers et brancardiers. Instructeur FIFA / CAF, par ailleurs président de la Commission centrale des arbitres (CCA), Malang Diédhiou est le parrain de cette promotion.

Président de l’ANAFS, Dr Ndob Seck a rappelé la mission première de sa structure. «Les récipiendaires sont des jeunes et nous serons là avec eux. Mais, à notre droite, on a des anciens qui nous rappellent une foultitude de souvenirs. C’est une cérémonie extrêmement importante de par leur présence et ce qui nous réunit. L’ANAFS réunit les arbitres et assesseurs. A côté, il y a la Commission centrale des arbitres et la Direction nationale des arbitres  qui sont des structures de la Fédération.  Elles gèrent le volet technique et l’ANAFS s’occupe du volet social et politique. En ce moment, l’ANAFS, à travers les démembrements, peut intervenir. C’est dans cette optique que l’ANAFS a signé des conventions avec l’école de santé. Il y a des formations de six mois à la suite desquelles vous pouvez avoir des diplômes d’État. Nous remercions aussi M. Diallo de l’auto-école. Je remercie la Croix rouge et M. Cissé. Pour dire que la Croix rouge peut être d’un grand apport. Car à travers la Croix rouge, nous pouvons former tous nos arbitres à travers le pays. Et ils seront incontournables dans les situations qui se passeront dans le pays. C’est à travers ces trois formations que nous avons pu aider certains arbitres à obtenir des diplômes», explique-t-il. 
La reconversion au cœur des priorités
Le chef des services administratifs du Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD) est largement revenu sur l’importance de la formation. Selon lui, cela a un impact sur la vie socioprofessionnelle des arbitres, tous ne pouvant pas avoir une carrière brillante dans cette corporation comme le parrain de la promotion, Malang Diédhiou, Colonel des Douanes sénégalaises. «C’est ce qui nous a amené à penser à la reconversion des arbitres et des assesseurs, à s’insérer dans la vie active car beaucoup n’ont pas de métier. Surtout que, dans une génération de 1000 arbitres, seuls 5 à 6 ont une carrière internationale. Il faudra donc penser au reste et dès à présent les aider à obtenir des diplômes et à entrer dans la vie active. Ce qui n’empêche pas de poursuivre leur carrière. La première formation, c’est la Licence D (initiateur). On peut être entraîneur de football après la retraite d’arbitre (45 ans). De plus, beaucoup d’entraîneurs d’éducation physique sont recrutés sur la base de la Licence D. Après, nous avons organisé une formation en secourisme à Saint-Louis, puis la formation de permis de conduire. C’est pour dire que l’ANAFS a pensé que sa mission était essentiellement sociale, en pensant à l’insertion, la reconversion et à une solidarité entre nous. Beaucoup de situations imprévisibles se présentent parfois», rajoute Ndob Seck. 


Malang Diédhiou, un exemple pour les jeunes
La promotion a un parrain inspirant. Malang Diédhiou n’est plus à présenter. Il a porté haut le flambeau de l’arbitrage sénégalais et africain. Et pour Ndob Seck, cela justifie amplement le choix de l’homme. «J’ai eu la chance de le croiser à plusieurs reprises sur le plan international en tant que médecin instructeur de la CAF et la FIFA. Quand nous sommes désignés en tant que médecin, personne n’est au courant. Même le pays désigné ne l’est pas. Vous n’avez besoin de personne, vous contactez directement le commissaire de match. C’est le cas aussi des arbitres Maguette Ndiaye, Issa Sy, Djibril Camara… Et quand vous rencontrez un compatriote, il y a des sensations extraordinaires. Quand il réussit ses matchs, vous êtes heureux. Égypte-Maroc avec Maguette, c’était tendu et il l’a réussi. Quand il a terminé sa carrière, Malang a été intégré directement. D’habitude, vous attendez un an. Aujourd’hui, il est en train de parcourir le monde pour former des arbitres. C’est cet homme-là, chers récipiendaires, que vous avez comme parrain. Il a consenti des sacrifices pour l’arbitrage soit un des meilleurs en Afrique, à travers les équipements, les séminaires. Beaucoup de séminaires ont été organisés et pour chaque séminaire, il faut au minimum 8 millions. Je vous demande donc de redoubler d’efforts. Tout le monde ne peut réussir, mais tout le monde peut espérer réussir dans sa carrière d’homme. Votre parrain vous a montré, sur tous les plans, que vous pouvez réussir. Je demande aux écoles de nous accompagner et demande aux différents de CRA et Sous CRA, aux arbitres d’être unis, de tirer dans la même direction. Je rends hommage aux anciens qui nous ont quitté, notamment Badara Mamaya Sène, Biram Ndiaye, Amadou François Gueye «Franck». Nous n’avons pas le droit de gaspiller cet héritage, aussi bien jeunes et anciens arbitres. Les enjeux de l’heure, c’est la reconversion mais aussi l’unité», conclut-il.


La cérémonie a vu la participation de Youssou Camara (représentant maire Rufisque ouest), Mamadou Ndione (président Sous-Cra Rufisque), Mamadou Lamine Kébé (président CRA de Dakar et membre Ligue de Dakar), Pathé Diallo (représentant de l’auto-école Djihito), Oumou Bâ (représentant de la Croix rouge), Ousseynou Ndoye (représentant président Ligue de Dakar) et Lamine Mar (directeur de l’école de santé). 


Mor Bassine NIANG

Cet article a été ouvert 1067 fois.

Publié par

Mor Bassine Niang

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Hubert Mbengue

Directeur de publication

Service commercial