Georges Niang, ailier fort des Sixers de Philadelphie : «Le Sénégal a fait de moi l’homme que je suis aujourd’hui»

mercredi 3 août 2022 • 640 lectures • 0 commentaires

Basket 1 semaine Taille

Georges Niang, ailier fort des Sixers de Philadelphie : «Le Sénégal a fait de moi l’homme que je suis aujourd’hui»

À 29 ans, Georges Niang (104 kg, 2m01), a disputé 76 matchs la saison dernière en NBA. Il tournait avec une moyenne de 9.2 points, 2.7 rebonds et 1.3 passe par match. L’ailier fort des Sixers de Philadelphie revient sur le précédent exercice, où sa franchise s’est arrêtée en demi-finales de la Conférence Est par Miami. Le fils de Sidy Niang, ancien athlète, réaffirme sa volonté de défendre les couleurs sénégalaises.

Georges, quel bilan faites-vous de la dernière saison NBA avec les Sixers ?
Je pense que nous avons eu une saison très unique nous avons eu un commencement fou avec la situation de Ben Simmons et puis on a été frappé par Covid-19. Je  crois que ça nous a unis, même si l’objectif de gagner n’a pas été atteint. 
Qu’est-ce qui a manqué à l’équipe en demi-finales ?
L’absence de notre meilleur joueur et candidat MVP (ndlr : Joel Embiid) pour les deux premiers matchs des play-offs ne nous a pas facilités les choses. Mais, nous avons toujours joué en équipe et nous allons continuer à se connaître et surtout jouer les uns avec les autres. Je suis persuadé que nous allons être mieux la saison prochaine car le groupe est en progression. 
Et votre avenir avec Philadelphie ? 
Je suis sous contrat avec Philadelphie pour une autre année (ndlr : Il a signé en août 2021 pour un contrat de 2 ans avec les Sixers). 
En NBA, vous croisez beaucoup de Sénégalais : Gorgui Dieng, Makhtar Ndiaye, Ngagne Desagana Diop, Amadou Mbodj, entre autres. Quel genre de relations entretenez-vous avec eux ? 
Je les connais tous depuis que je suis devenu professionnel. J'ai joué contre Amadou Mbodji au collège et on est resté en contact. J'ai joué contre Gorgui Dieng depuis que je suis entré en NBA. Ngagne Desagana Diop a été mon coach à Utah. Nous avons une relation très forte et poussée. On se parle très souvent. Makhtar Ndiaye est comme un grand frère pour moi. Je le connais depuis que je suis enfant. Il (Makhtar) est la raison pour laquelle ma carrière est une réussite. 


Georges, les Sénégalais ont hâte de vous voir en équipe nationale. À quand la grande première ?  
Je serai heureux de jouer avec mon pays l’été prochain. Cet été, je luttais  contre quelques blessures qui m'ont empêché de jouer avec les Lions. D’ailleurs,  je suis toujours en rééducation.
Pourtant, votre papa avait annoncé votre venue en juillet dernier…
Mon père et moi avons une excellente relation. Son souhait a toujours été de me voir porter le maillot du Sénégal. Nous sommes en phase tous les deux. C’est juste une question de timing et d’opportunité. En plus, je reviens de blessure et cela explique en grande partie mon absence.  
Avez-vous échangé avec Ngagne Desagana Diop depuis sa nomination ?  
Oui,  j'ai  discuté avec lui. Je suis content pour lui et j’ai hâte de le rejoindre en sélection. Il était incroyable quand je l'avais comme coach à Utah. 
Quel est votre objectif avec le Sénégal ?
Je veux représenter le Sénégal qui m'a aidé à devenir l'homme que je suis aujourd'hui. Je suis fier d'être Sénégalais. Mon objectif est de défendre les couleurs nationales, d’arborer fièrement le maillot et de contribuer à la bonne marche de la sélection. 
Quelle est la place du Sénégal dans vos projets notamment pour le développement du panier ?
Je ne peux rien dire pour le moment mais j’étudie la possibilité. En tout cas, j'aimerais voir comment aider au développement du basketball au Sénégal. Ce serait pour moi d’aider les jeunes et d’impacter dans leur vie sur et en dehors des parquets. 


Mor Bassine NIANG

Cet article a été ouvert 640 fois.

Publié par

Mor Bassine Niang

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Hubert Mbengue

Directeur de publication

Service commercial