GFC - Cheikh Ibra Diouf : «Les critiques ne m'ont pas ébranlé»

samedi 25 février 2023 • 3092 lectures • 2 commentaires

Foot local 11 mois Taille

GFC - Cheikh Ibra Diouf : «Les critiques ne m\'ont pas ébranlé»

Certains l'ont comparé à Olivier Giroud, champion du monde avec la France sans marquer, lors du Mondial Russie 2018. En effet, Cheikh Ibra Diouf a gagné le dernier CHAN avec les Lions locaux mais a brillé par son inefficacité devant les buts. Cependant, l'attaquant de Guédiawaye FC dit avoir pris les critiques comme source de motivation. Dans cet entretien avec Record, il revient sur ces épisodes du CHAN.

Avec la sélection locale du Sénégal, vous devenez champion d'Afrique. N'est-ce pas une aubaine pour vous qui n'avez pas pris part aux éliminatoires ?


Oui, avant tout je remercie le sélectionneur Pape Thiaw, pour la confiance placée en ma modeste personne. Nous sommes très contents de ce sacre. Ce n'était pas évident pour une équipe qui était restée plus de onze années sans participer au CHAN. Alors, on ne peut qu'être heureux et fier de faire partie de ces champions d'Afrique.


Vous avez reçu une avalanche de critiques à cause des énormes opportunités ratées. Comment avez-vous vécu cette situation ?


(Rires) Je pense que les critiques font partie du jeu. Elles nous font avancer. Je les prends toujours du côté positif. Et ça se comprend aussi car on demande à un attaquant de marquer. S'il ne le fait pas, il doit accepter les critiques. On savait que ces critiques n'étaient pas méchantes. Elles étaient une source de motivation. C'est l'occasion de remercier le staff, les joueurs pour leur soutien indéfectible. Ce n'est pas facile pour un attaquant de rater certaines occasions. Mais ils étaient toujours là pour me motiver et me donner un mental de fer. Encore une fois les critiques ne m'ont nullement ébranlé (rires). On en a vu des vertes et des pas mûres. Et puis le plus important n'était pas de marquer beaucoup de buts, mais que l'équipe gagne. Et c'est chose faite.


En demi-finale face à Madagascar, vous dribblez le portier avant de rater le cadre. Derrière, le sélectionneur vous fait remplacer. Mentalement, c'était un coup dur, hein ?


Je pense que c'est le moment de clarifier une chose : ce n'est pas à cause de cette occasion  que j'ai cédé ma place. Avant, j'avais aperçu mon remplaçant en train de s'apprêter. C'était juste une coïncidence. Je l'avoue, c'était dur mais je n'étais pas abattu mentalement. Ça arrive dans notre métier. Même les joueurs de classe mondiale ratent de grosses occasions. On se dit toujours qu'on va se créer une autre occasion pour la mettre au fond. Champion d'Afrique, ce n'est pas donné à tout le monde.


Qu'est-ce que le sacre vous a apporté de plus ?


Le CHAN nous a énormément apporté. En dehors du jeu, c'est à dire notre hygiène de vie, nos comportements, les exigences du haut niveau, on a beaucoup appris. On a capitalisé en confiance comme on a titillé des grands d'Afrique. Ça nous pousse à mieux valoriser notre talent dans d'autres compétitions. Nous sommes maintenant plus exigeants envers nous-mêmes. On n'a plus droit à l'erreur.


Votre club Guédiawaye FC (2ème, 24 pts) a réalisé une bonne première partie de saison. Quel est l'objectif majeur ?


Le collectif, c'est le primordial et c'est Guédiawaye FC. Notre objectif, c'est de finir champion du Sénégal. On travaille là-dessus. Et sur le plan individuel ? Individuellement, l'objectif c'est de terminer meilleur buteur du championnat. On nourrit aussi l'ambition d'aller monnayer notre talent à l'étranger.


Abass FAYE 

Cet article a été ouvert 3092 fois.

Publié par

Hubert Mbengue

admin

2 Commentaires

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Hubert Mbengue

Directeur de publication

Service commercial