Ndoye Bane, président de l’US Pire : «Ce que je compte faire pour le club»

mercredi 10 août 2022 • 1555 lectures • 4 commentaires

Foot local 1 mois Taille

Ndoye Bane, président de l’US Pire : «Ce que je compte faire pour le club»

Présent au stade Maniang Soumaré de Thiès, dimanche dernier, lors de la finale de la Ligue régionale de Thiès remportée aux tirs au but (0-0, tab 4-3) par son club, l'US Pire, aux dépens de Saly SC, Mamadou Ndoye Bane, Ndoye Bane, s'est entretenu avec RECORD. Le président de l’US Pire et non moins maire de la commune éponyme située dans le département de Tivaouane a décliné ses ambitions pour les années à venir. Le célèbre chroniqueur à la RFM a aussi parlé de l'équipe nationale du Sénégal dont il est un gr

Président, l'US Pire vient d'accéder en National 2, en battant Saly SC en finale de la Ligue régionale de Thiès. Quelle lecture faites-vous de ce match ?


On est très satisfait de cette victoire. Depuis des années, l'US Pire court après cette montée. En tant que président du club, c'est l'occasion de remercier toute la population de Pire, les joueurs, le staff et les supporters. Il y a 3 ans, je prenais les rênes de cette équipe à la demande des jeunes de Pire. Depuis, nous nous sommes concentrés sur l'objectif qui était de hisser le club vers les sommets. Aujourd'hui, on peut dire que le travail a porté ses fruits. Saison après saison, je constatais qu'il y avait de la constance. Notre première année, on s'est arrêté en quarts. L'année dernière, on a échoué  en demies contre cette même équipe de Saly SC (défaite 3-0). Et cette saison, on a pris notre revanche en remportant la finale de la Ligue régionale de Thiès (victoire 2-1). C'était ça l'enjeu de cette finale. C’est pourquoi vous avez constaté autant de mobilisation chez nos supporters. Votre équipe affrontait une formation plus expérimentée, double championne régionale de Thiès (2020 et 2021).


Quel a été le discours d'avant-match ?


Comme on a l'habitude de le dire, une finale ne se joue pas, elle se gagne. On était conscient qu'en face, il y avait un gros morceau. Mais, on s'est basé sur la qualité de notre groupe. Avant la rencontre, j'ai dit aux joueurs qu'ils avaient rendez-vous avec l'histoire et que c'était à eux d'écrire leur nom au palmarès de l'US Pire. Je pense que le message est passé et nous avons remporté la coupe. J'en profite pour remercier l'entraîneur Lamine Mbengue, alias Sa Pire, ancien joueur de l'ASC Kouly de Tivaouane dans le championnat national populaire. Il fut l'un des meilleurs joueurs du département. Il a reçu de nombreuses sollicitations d'autres clubs, mais il a préféré rester pour apporter son expertise à l'US Pire. Il s'est beaucoup sacrifié pour le football de Pire et a réussi à forger une équipe capable de représenter valablement notre localité. C'est un formateur, un passionné du foot. Parce qu'en dépit de son rôle d'entraîneur au sein du club, il a aussi un centre de formation. D'ailleurs, c'est lui qui a formé la majorité de l'effectif de cette équipe de Pire. C'est la fierté de tout Pire, car on n’était jamais parvenu à atteindre ce stade et avec cette consécration, Pire est définitivement entré dans les annales du football thiessois.


C’était quoi le secret de l'US Pire, cette saison ?


L'entente et la cohésion. Ici, on forme une famille. Cela date des générations antérieures. Avant de devenir président du club, notre domicile familial a toujours été le siège du club. Toutes les réunions et les regroupements se tiennent là-bas. Les week-ends, on se regroupe chez moi avec les joueurs pour prendre du thé et discuter des perspectives et des problèmes de l'équipe. L’équipe, c'est une bande de copains. Ils sont toujours ensemble et ils ne vivent que de football. C'est pourquoi nous sommes une équipe difficile à battre.


Après cette montée, en tant que maire de Pire, que comptez-vous faire ?


Notre mission sera de continuer à aider le club. C'était le cas, quand nous n’étions pas encore maire. L'ancien maire à qui je viens de succéder, et que je remercie au passage, octroyait au club une subvention de 1 million FCFA. À mon arrivée, j'ai porté cette subvention à 1,5 million FCFA. Maintenant que le club a atteint un niveau supérieur, en ma qualité de maire et de président de l'US Pire, je m'efforcerai de l'augmenter jusqu'à 2 millions FCFA ou plus, la saison prochaine. On ne va pas se limiter à ça, car on va chercher des sponsors et des partenaires sur le plan international et, pourquoi pas, avec des clubs européens, pour le rayonnement de l'US Pire, qui pourrait même se muer en une académie de football. Cette saison, 3 joueurs de la localité sont allés monnayer leur talent à l'étranger, notamment, un pensionnaire de l'US Pire, Sidy Bane, qui a rejoint un club turc. 


Quel est votre principal chantier pour le club et le sport pirois en tant que maire et président ?


Mon principal combat sera de doter le terrain de Pire d’une pelouse synthétique, comme celui du stade Maniang Soumaré de Thiès. On le mérite, franchement. Pire a toujours été un vivier du football sénégalais avec de grands talents, à l'image de Cheikhou Kouyaté, dont la maman est originaire de Pire et qui a évolué dans le championnat national populaire. Il y a aussi l'ancien international Baye Ali Ibra Kébé et tant d'autres. Aujourd'hui, le football est devenu une entreprise où l'on est obligé de faire des investissements. Et notre seul souhait est de voir nos joueurs briller après sur les pelouses de Ligue 1 et Ligue 2 et, ensuite, réussir leur carrière. Que les clubs de National 2 se préparent la saison prochaine, l'US Pire arrive !


On vous connait également comme étant un grand fan de l'équipe nationale du Sénégal…


En tout cas, c'est vous, journaliste et observateur du football sénégalais, qui le dites. D'ailleurs, comme tout bon Sénégalais, j'ai toujours été un patriote, quelqu'un qui a toujours soutenu les Lions. Que ça soit sur les plateaux de télévision ou de radio, surtout depuis que le sélectionneur Aliou Cissé a pris les rênes de cette équipe nationale. 


On vous a aperçu au Cameroun, lors des demies, contre le Burkina et la finale face à l'Égypte. C’est cela qui justifiait votre présence ?


J'ai un lien très fort avec l’équipe nationale et à chaque fois que le Sénégal aura besoin de moi, je serai présent. J’ai un grand amour pour ce pays. Je n'attends pas qu'on fasse appel à moi. L'US Pire a eu un parcours difficile en championnat cette saison, comme le Sénégal à la CAN avec cette finale remportée aux tirs au but et lors du barrage au Mondial Qatar 2022, face à cette même équipe d’Egypte.


Ndar Mathieu FAYE

Galerie photos

Cet article a été ouvert 1555 fois.

Publié par

Hubert Mbengue

admin

4 Commentaires

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Hubert Mbengue

Directeur de publication

Service commercial