Arrive bientôt !

Dès que des articles seront publiés, vous pourrez accéder à votre magazine en ligne.

Cet article a été publié dans le journal LOBS

Pandémie du Covid-19 : Panique au coeur de la Justice

mercredi 13 janvier 2021 • 109 lectures • 0 commentaires

Social 1 semaine Taille

Pandémie du Covid-19 : Panique au coeur de la Justice

Les 47 personnes arrêtées lors d’une «Piscine Party» aux Almadies et déférées hier mardi, ont été finalement relaxées par le procureur de la République. Motif, une d’entre elles, fille d’un ancien ministre socialiste, venue du Canada, est testée positive au Covid-19. Finalement, tous les mis en cause, ainsi que d’autres détenus, ont été mis en quarantaine à l’hôpital Fann.

C’était le sauve-qui-peut, hier mardi, au Tribunal de grande instance de Dakar. Une panique générale provoquée par les prolongations judicaires de la «Piscine Party», organisée aux Almadies (Dakar) en plein couvre-feu le week-end dernier. 47 des participants à cette fête géante, arrêtés pour violation de l’arrêté ministériel portant interdiction de regroupement, ont été déférés, la matinée d’hier, devant le Parquet. En attendant leur face-à-face avec le maître des poursuites, ils ont été parqués dans la cave du tribunal Lat-Dior. Mais l’un des mis en cause - une fille d’un ancien ministre et haut responsable du Parti socialiste - fraîchement revenue du Canada, était très mal-en-point. Malgré la persistance de ses symptômes, elle ne faisait pas l’objet d’un isolement.  Même si, confiera-t-elle plus tard à son avocat, que lors de sa garde à vue, elle aurait dit aux enquêteurs de la Brigade de gendarmerie qu’elle a été testée positive au Covid-19. Mais que les enquêteurs n’auraient rien voulu entendre et ont poursuivi la procédure ouverte contre elle et les autres, sans prendre de précautions. Ainsi, conduits au tribunal, hier matin, les mis en cause, dont celle qui présentait les signes du Covid-19, ont été entassés dans la cave avec d’autres détenus arrêtés dans d’autres affaires. «Ils étaient exactement 82 détenus à la cave du tribunal et plusieurs avocats étaient venus voir leurs clients, dont la moitié a passé la journée sur place», souffle une source judiciaire. Les autres avocats, après s’être entretenus avec leurs clients, ont repris leurs activités dans le tribunal ou en dehors. «Plusieurs ténors du barreau étaient là-bas, certains substituts sont même descendus pour entendre les mis en cause», ajoute la même source.


D’autres détenus testés positifs


Venu assister sa cliente, l’avocat de la dame venue du Canada aura la surprise de sa vie. Sa cliente qui lui a demandé de garder ses distances, lui révèlera qu’elle est positive au Covid-19. Pour preuve, elle réclame son portable et affiche les résultats du test. L’avocat fait transférer le document sur son portable avant de l’imprimer. La robe noire quitte la cave sans informer personne, ni même ses confrères. Il a préféré alerter les autorités du Tribunal de grande instance de Dakar, dont le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, qui ont aussitôt pris des mesures idoines pour limiter les dégâts. Ce n’est que tard dans la soirée que l’information a été connue. Et c’était la débandade au tribunal Lat-Dior.


Pour parer au pire, rapportent des sources de L’Observateur, les autorités du parquet du tribunal de Dakar ont décidé de soumettre les 87 détenus à un test collectif. Serigne Bassirou Guèye, en collaboration avec les autorités sanitaires saisies, a mis en isolement tous les détenus qui ont posé les pieds hier dans la cave. Aussi, cette nouvelle a été le ticket de la libération de tous ces individus arrêtés lors de cette «Piscine Party». Ils ont tous été transférés à l’hôpital Fann de Dakar par les sapeurs-pompiers. Pour l’heure, c’est la panique chez les acteurs et auxiliaires de la justice qui se sont retrouvés à la cave du Tribunal de grande instance de Dakar. Puisque, selon les mêmes sources, d’autres tests parmi les 87 détenus sont revenus positifs. Une situation qui a obligé les autorités du tribunal à décider de mettre en isolement toute personne qui a été en contact avec les 87 détenus. Tout en maintenant, pour l’instant, la poursuite du travail en présentiel.


Dans cette affaire, les mis en cause ont été déférés devant le procureur de la République pour violation de l’état d’urgence. Ils ont été arrêtés dans la soirée du samedi passé, par la Gendarmerie de Ngor lors d’une «Piscine Party» aux Almadies. C’était une soirée privée très sélective. Et, elle avait enregistré la présence de fils à papa, des femmes mariées et un couple de diplomates qui a été relâché en raison de l’immunité diplomatique. Le chef de la Brigade de Ngor avait été informé d’une fête privée dans une belle villa aux Almadies, au bord de la piscine. Boisson sucrée et alcoolisée ainsi que chicha servies à l’envie, la musique adoucissait l’ambiance intimiste des lumières tamisées. Les éléments de la Brigade de Ngor descendent en force sur les lieux, faisant rebrousser chemin à d'autres convives informés de leur présence à l’entrée de la villa. Seuls, les hommes accompagnés de leurs épouses ou copines ont été appréhendés. Parmi eux, des fils d’autorités, des femmes mariées, un couple de diplomates.


Déférés hier, au parquet, les mis en cause ont été tous libérés, du moins mis en quatorzaine à l’hôpital Fann.


DOUDOU DIOP & MAKHALY NDIACK NDOYE

#Pandémie #Covid-19 #Coronavirus #Justice #PiscineParty

Cet article a été ouvert 109 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Partager cet article

  

Options

logo iRevue

iRevue du 23 janv.

lune   Il est 11:49   •   temperature °C

Nous avons sélectionné les meilleurs articles de la journée.

Une revue sera automatiquement générée avec les meilleurs articles du moment sur les différents supports iGFM, Record et L'Obs.

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Hubert Mbengue

Directeur de publication

Service commercial