Roger Mendy, ancien international : «Moi, je garderais encore Aliou Cissé»

mercredi 28 février 2024 • 5515 lectures • 0 commentaires

La Tanière 1 mois Taille

Roger Mendy, ancien international : «Moi, je garderais encore Aliou Cissé»

Trouvé à Fatick le week-end dernier, Roger Mendy a été accroché par RECORD. L’ancien défenseur central des Lions des années 80 et 90 n’a évidemment pu échapper aux questions relatives à l’actualité de la sélection nationale dont l’une des plus prégnantes est celle de l’avenir d’Aliou Cissé sur le banc.

Roger, comment avez-vous vécu la dernière CAN ? 
Je l’ai vécue tranquillement, comme d’habitude. Ce n’est pas le peine de pleurer, d’autant plus qu’on a très bien démarré, par rapport à 2022 ou on avait eu que 7 points (5 en réalité, ndlr) pour se qualifier en 8èmes de finale. Après, c’était des matchs avec des hauts et des bas jusqu’à la finale qu’on a gagnée face à l’Égypte aux tirs au but. Cette fois, on a été éliminé en 8èmes de finale et c’était un tout petit peu prématuré, c’est vrai mais il faut le prendre avec philosophie. On a très bien joué, mais on a été battus. Et de l’autre côté (allusion à la CAN 2021, ndlr), on n’avait pas très bien joué et on a gagné la CAN. C’est ça la loi du football. 


Est-ce une équipe à maintenir ou à changer ? 
Il y aura des changements, bien sûr. Il y aura des jeunes qui sont arrivés en âge d’intégrer la sélection. Maintenant, c’est aux plus âgés de voir s’ils vont rester dans l’équipe ou pas. Ils peuvent y rester mais ce ne sera pas pour jouer tous les matchs. Ils peuvent encadrer les jeunes comme nous l’avions fait jusqu’en 1992 où on avait presque 33 ans et là c’était fini. Il fallait laisser la place aux jeunes et c’est comme ça le football. Je pense qu’eux, ils seront beaucoup plus ouverts, sachant que les compétitions, c’est pour les jeunes. On a besoin des anciens qui sont talentueux, qui résistent encore, qui peuvent résister encore. S’ils ont la force de résister encore et de rivaliser avec les jeunes, pourquoi pas ? Mais, il y en a certains qui ne pourront pas et, eux, ils sont obligés de céder la place aux jeunes. 



La Côte d’Ivoire a éliminé le Sénégal en 1986, vous étiez de cette expédition et en 2023, bis repetita. Notre bête noire ? 
Un petit peu oui ! Si on a été éliminé deux fois par eux donc, c’est la bête noire peut-être. Mais, on pourrait revenir pour la prochaine fois. Les Ivoiriens sont là et ils nous fatiguent à chaque fois qu’on les rencontre. Chapeau à eux, parce qu’ils étaient mal en point, ils étaient très mal partis et à la fin, ils ont su se redresser et gagner la CAN. Mais, nous, je pense qu’avec les jeunes qu’on a vus à la CAN, on peut espérer encore à gagner beaucoup d’autres CAN. Ça c’est sûr. 


Certains de nos compatriotes demandent le départ d’Aliou Cissé, qu’en pensez-vous ? 
Je ne peux pas vraiment parler d’un collègue, a fortiori d’un petit frère. Aliou, je pense qu’il n’y a rien à lui dire. Il a rempli son rôle, il a été tellement critiqué pour son jeu, par son coaching… Il a été blâmé mais il a quand même réussi grâce à son savoir-faire. C’est un homme qui ne se décourage jamais, qui ne lâche jamais le morceau. Et il est allé jusqu’à gagner la CAN et même à être nominé parmi les meilleurs entraîneurs en Afrique. Ce n’est pas petit ça. Je ne sais pas pour un autre mais, moi, j’aurais continué encore avec Aliou. C’est un garçon que je respecte, que j’aime bien et que j’admire. 


Et s’il devait être remplacé, à qui pensez-vous, un technicien local ou bien un étranger ?
S’il doit être remplacé, bonne chance à celui qui doit venir. Parce que tenir tête aux Sénégalais, il faut être un Aliou Cissé pour le faire. Il faut avoir vraiment une tête brûlée pour pouvoir résister aux critiques et autres des Sénégalais. Moi, encore une fois, je le laisserai encore. Cependant tout dépend de lui, s’il veut partir libre à lui mais moi je le garderais encore.


Dernière question, vous concernant directement celle-là, qu’est-ce que vous amène à Fatick ?
Je dirige un centre de formation qui s’appelle KN Foot et je viens d’entamer ma 2ème année. Cela fait un an et quelques mois que je suis à Fatick, pour la formation des jeunes. Dans l’académie, nous avons une équipe qui se nomme Fatick FC et qui joue en championnat régional. Nous avons d’ailleurs joué notre deuxième match, il y a quelques jours. Le premier match, nous l’avons perdu sur tapis vert, faute de licences à cause d’un manque de communication avec la Ligue et comme ça, on a perdu le premier match. On s’était présenté sans les cartes d’identité. Donc, on a eu ce problème qui a fait qu’on a perdu notre premier match. 


Abdoulaye DIAGNE

Cet article a été ouvert 5515 fois.

Publié par

Hubert Mbengue

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Hubert Mbengue

Directeur de publication

Service commercial