CAN 2023 : Mâcher du chewing-gum, cracher ou… périr ?

vendredi 9 février 2024 • 4933 lectures • 0 commentaires

Blog 2 mois Taille

CAN 2023 : Mâcher du chewing-gum, cracher ou… périr ?

Pour vaincre leur stress, la plupart des footballeurs ont leur truc à eux ! Certains, en montant sur le terrain font le signe de la croix catholique tandis que d’autres récitent la sourate Al-Fatiha des Musulmans pour conjurer un mauvais sort. Certains cependant, durant toute la partie, ne cessent de mastiquer du chewing-gum.

Idrissa Gana Gueye du Sénégal, Ryan Mendes, capitaine des Requins bleus du Cap Vert ou encore Evan Ndicka et Ghislain Konan de la Côte d’Ivoire, entre autres, sont les dignes héritiers de monstres sacrés du sport qui laissent à la postérité le souvenir impérissable de mâcheurs impénitents de chewing-gum. 


Sir Alex Fergusson, au cours de la trentaine d’années à Manchester United, comme entraîneur, aurait dévoré la bagatelle de 15 000 tablettes de chewing-gum. Aujourd’hui, son digne clone n’est personne d’autre que le coach du Real de Madrid, Carlo Ancelotti. Spectacle impressionnant que ces mâchoires inlassables malmenant un pauvre bout de gomme mentholée ! Sa majesté Michael Jordan, sans doute le plus grand basketteur (plus grand sportif ?) de tous les temps, a, lui, poussé son fanatisme pour le chewing-gum au point d’être le seul joueur au monde à avoir sa propre marque appelée Hang Time. 


Composé de 30% d’une gomme élastique associée à d’autres substances minérales, le chewing-gum passerait pour un déstressant. Des études prétendent, en effet, qu’il permettrait de diminuer le taux de l’hormone du stress, le cortisol. La consommation du chewing-gum, de plus en plus sans sucres, est devenue très courante au point qu’on lui associe des substances énergisantes à base de caféine et de guarana, une plante originaire d’Amazonie réputée pour ses effets stimulants à cause de sa concentration exceptionnelle en caféine. Mâchouiller du chewing-gum chez les sportifs, est en passe de devenir une mode voire une superstition. Cela pourrait aussi donner l’impression d’améliorer la capacité de concentration et le temps de réaction ; ce qui ne se traduira pas pour autant par une augmentation des performances. 


C’est parce qu’il crachait trop en débarquant à Manchester, que le sieur Fergusson, devenu Sir depuis, pour arrêter sa manie dégoûtante, se mit au chewing-gum. Cracher est la marque de fabrique de nombreux footballeurs dont certains participent à la C A N 2023. L’aigle vert du Nigeria, Victor Osimhen ne s’en prive, tout comme Naby Keita de la Guinée et bien d’autres, comme son excellence Lionel Messi, qui traîne sur tous les terrains du globe l’image d’un lama cracheur. Pour se débarrasser de sa manie répugnante, Messi aurait décidé de se mettre au…chewing-gum ! 


Diantre, pourquoi donc cracher ? Il semble tout simplement que cela aiderait à dégager les voies respiratoires pendant les matchs. Certes ! Mais pourquoi alors la pratique est-elle sévèrement prohibée au basket et au tennis, les contrevenants s’exposant à une lourde pénalité ? Le football ferait sans doute mieux de s’inspirer de telles bonnes pratiques pour éviter que les pelouses ne se transforment milieux de culture de germes pathogènes. 


Par Diomansi BOMBOTÉ

Cet article a été ouvert 4933 fois.

Publié par

Hubert Mbengue

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Hubert Mbengue

Directeur de publication

Service commercial